Un immeuble sans chauffage et sans climatisation pour 2025

L'immeuble Essentiel à Lyon

© Baumschlager Eberle Architectes

Nexity relève le défi de l’immeuble autonome en l’appliquant à sa nouvelle construction à Lyon. Le concept développé par l’agence Baumschlager Eberle Architectes a déjà donné lieu à plusieurs réalisations en Autriche et en Suisse. Ainsi, le nouveau bâtiment baptisé Essentiel sera sans chauffage, sans ventilation et sans climatisation. Son inauguration est prévue en 2025.

Publié le 17 novembre 2022 par Estelle Guiton

Un bâtiment économe pour plus de sobriété énergétique

Moins consommer et mieux gérer les énergies concernent plus que jamais les habitats. Difficile d’y parvenir avec les installations actuelles, entre chauffage et climatisation. Nexity lance le défi de revoir le modèle constructif en important le concept 22-26 du cabinet Baumschlager Eberle Architectes. Le nom vient du bâtiment en lui-même, imaginé pour afficher une température intérieure oscillant entre 22 et 26 °C.

Les architectes ont déjà créé ces bâtis en Autriche et en Suisse. Le prochain sera implanté en France, dans le quartier Confluence de Lyon. Nommé « Essentiel », il va compter 24 logements du T2 au T5 répartis sur 6 niveaux, tous proposés en bail réel solidaire (BRS). Et donc, sans chauffage, sans climatisation et sans ventilation, ou presque.

Une enveloppe ultra-performante pour réduire les déperditions

Pour parvenir à ce résultat, le bâtiment va se doter d’une double enveloppe conçue en briques de 30 cm d’épaisseur, combinée à une isolation en fibre de bois et recouverte d’un enduit à la chaux. Le toit sera, lui, composé de panneaux photovoltaïques pour alimenter le bâti en électricité. Cette conception devrait permettre de limiter la température intérieure à 28 °C au plus chaud de l’été. Son avantage est d’agir comme un accumulateur qui emmagasine la chaleur extérieure, mais également la chaleur produite par les habitants.

En complément, les façades seront équipées de vitrages triple épaisseur. Des capteurs seront installés pour piloter les volets battants en bois et pour automatiser l’ouverture des fenêtres afin de garantir la qualité de l’air intérieur. Une fonction sans aucune intervention de l’homme, qui se veut aussi imperceptible pour les résidents.

Une expérimentation sous surveillance

Cette volonté d’autonomie a cependant quelques limites. Ainsi, les logements seront dotés d’une ventilation double flux dans les salles de bain. De même, tous seront équipés d’un chauffage d’appoint relié au réseau de chauffage urbain. Ce choix est directement lié au retour d’expérience des précédentes constructions qui ont montré une plus grande difficulté à moduler les appartements, à l’inverse des bureaux ou espaces commerciaux.

Pour parvenir à un fonctionnement optimal, le bâtiment doit se réguler selon deux principes : la nécessité de prendre en compte les comportements des résidents, et l’obligation, pour ces derniers, de modifier un peu leur mode de vie. Pour y arriver, l’immeuble Essentiel, dont la réception est programmée pour 2025, va bénéficier d’un accompagnement pour mieux suivre les habitudes de chacun. Une façon de garantir sa bonne utilisation, tout en profitant du recul des autres édifices construits sur le même modèle.

#Architectes #Développement durable #Solutions techniques