Un détecteur d’arc électrique pour protéger les constructions

Déjà obligatoire de l’autre côté de l’Atlantique, les détecteurs d’arcs électriques, à installer au niveau du compteur, se révèlent particulièrement performants. Couplés à un disjoncteur, ils viennent alors ouvrir le circuit en cas de danger. Une solution efficace pour éviter certains départs de feu.

Publié le 29 décembre 2014 par La Rédaction

La protection de l’installation électrique

Les installations électriques sont responsables, en France, de 30 % des incendies domestiques. Un chiffre conséquent principalement dû à la vétusté des équipements, notamment dans les constructions anciennes, et à des appareillages qui ne sont plus aux normes.

Reste que même dans le cas d’une installation conforme avec la mise en place, au niveau du compteur électrique, de disjoncteurs différentiels, ou de parafoudres, un autre risque subsiste, provenant des arcs électriques qui peuvent se former. Ceux-ci sont de deux origines, issues des appareils dont le fonctionnement crée naturellement ce phénomène, et ceux qui se produisent au niveau de l’installation et représentent un danger.

Avec D’clic ARC, Schneider Electric propose un nouvel équipement venant protéger l’installation en détectant les arcs francs.

L’analyse de la nature des arcs électriques

D’clic ARC combine la double fonction de détecteur-analyseur d’arc et de disjoncteur. Il comprend un micro-processeur et une base de données de variations de courant qui lui permettent de déterminer si l’arc se produisant sur l’installation est dangereux ou pas. Dans le premier cas, l’appareil déclenche immédiatement le disjoncteur pour couper le courant et ainsi éviter tout départ de feu.

Cet équipement efficace permet donc de protéger l’habitat, tout en limitant les travaux lourds et coûteux d’un remplacement de câbles. Il est préconisé d’en installer en moyenne 2 à 5 pour venir sécuriser les prises de chaque pièce à vivre.

#Réglementations techniques #Solutions techniques