MONTRÉAL – Des blocs mi-maisons mi-appartements

MONTRÉAL – Des blocs mi-maisons mi-appartements

© Wikipédia | AlainV

L’ensemble Habitat 67 demeure un lieu iconique du Canada. A Montréal, tourné vers le Saint-Laurent, le bloc de 158 logements avait à la base était conçu pour l’Exposition universelle de 1967 avec une ambition, réduire les coûts de construction.

Publié le 26 juillet 2022 par Estelle Guiton

À l’origine du préfabriqué

Chaque édition de l’Exposition universelle est l’occasion de constructions exceptionnelles. La tour Eiffel en France, l’Atomium en Belgique en font partie ; d’éphémères, elles sont devenues des édifices mythiques. Pour d’autres, le destin était déjà écrit. Deux exemples : le Grand Palais à Paris et l’Habitat 67 à Montréal. Cette dernière réalisation continue à marquer les esprits, désormais classée monument historique par le gouvernement du Québec depuis 2009.

Tout est parti d’une idée : construire des logements mi-appartements mi-maisons le long du fleuve Saint-Laurent. En ce début des années 1960, le projet est confié à un jeune architecte, Moshe Safdie, qui décide d’appliquer ses idées développées dans sa thèse sur l’architecture urbaine à haute densité. Avec cette construction, il expérimente la construction à bas prix. Pour cela, il opte pour le préfabriqué.

Une usine à proximité pour réduire les coûts

Dans ce même esprit, il décide la création d’une usine à proximité pour réaliser l’ensemble des modules. La construction débute en 1965 sur une durée de trente mois. Au total, il faudra 254 blocs modulaires en béton mesurant chacun 11,7 x 5,5 x 3 m.

Le projet a permis la création de 158 logements selon quinze types différents. Chaque logement a nécessité la mise en place de un à quatre modules avec une particularité : tous disposent au moins d’une terrasse privée conçue sur le toit terrasse du logement inférieur, et d’une orientation sur trois côtés. Cela donne un ensemble imbriqué avec des terrasses attiques pour renforcer cette impression d’habitat individuel.

Des locations devenues propriétés

D’abord propriété du gouvernement fédéral, l’ensemble a été loué de 1965 à 1985. À cette date, chaque locataire a pu acheter son logement, faisant entrer l’Habitat 67 dans le domaine privé. La construction donne l’apparence de cubes sur douze étages qu’il est possible d’atteindre grâce à trois ascenseurs. La distribution entre les blocs se fait par des parois en plexiglas au 6e et au 10e étage.

Désormais, cette architecture unique fait partie du paysage de Montréal. Il est d’ailleurs difficile de passer à côté de l’Habitat 67 posé le long du Saint-Laurent. De quoi faire des envieux pour profiter d’une vue dégagée au cœur d’une réalisation originale. L’ensemble peut être visité, permettant de découvrir cette conception innovante des années 1960. Impossible donc de ne pas admirer ce bâti qui, encore aujourd’hui, reste une source d’inspiration pour de nombreux professionnels.

#Aménagements urbains #Architectes