Les cloisons multiplient les innovations

Exit la cloison humide. Depuis plusieurs années, celle-ci a été largement supplantée par les nouvelles techniques de cloisons sèches. Les évolutions sur ce secteur sont constantes. Aujourd’hui, la tendance est d’ailleurs à rechercher de nouvelles performances dépassant la simple séparation d’espace. C’est le cas avec les éléments coupe-feu ou phoniques.

Publié le 19 septembre 2018 par La Rédaction

L’aménagement intérieur des habitats a connu de profonds changements ces dernières années. Tandis que la technique n’avait que peu évolué jusque-là, avec une réalisation en cloisons humides, la recherche de performance et de facilité de pose, comme la volonté de profiter de davantage de modularité, ont conduit à de profondes mutations du secteur.

Aujourd’hui, le marché est principalement dominé par les plaques de plâtre BA13. Rapidité de pose et chantier propre ont convaincu tous les professionnels, avec la mise en place d’une ossature métallique pour définir l’emplacement de la cloison. Ce choix a aussi permis de créer des structures isolées avec l’intégration de laine minérale entre deux plaques. Les espaces humides ont également adopté ces solutions, grâce à l’arrivée des produits hydrofuges. D’autres améliorations apparaissent jour après jour avec le même objectif : assurer un confort renforcé aux résidents.

Une évolution des technologies

Pour beaucoup de fabricants, le travail de recherche concerne essentiellement les nouvelles technologies. Les développements de ces dernières années ont ainsi porté majoritairement sur l’obtention d’une plaque plus solide. Véritable talon d’Achille du BA, cette évolution était fortement attendue. Les premières commercialisations ont eu lieu ces derniers mois, à l’image du produit Habito de Placo. Celui-ci présente une surface très résistante aux chocs. Cette qualité amène de nouvelles opportunités d’utilisation, notamment en permettant l’accrochage d’objets lourds, jusque-là difficile.

Le béton cellulaire et les éléments modulaires pour de nouvelles cloisons

Une autre orientation concerne les cloisons modulaires. Déjà appliquée aux bâtiments tertiaires, cette tendance s’installe aussi dans l’habitat. La possibilité de faire évoluer l’aménagement intérieur en même temps que la composition du foyer ou la mobilité des résidents est mise en avant. Ces cloisons peuvent être déplacées ou enlevées sans engager de gros travaux.

Dans le même temps, le béton cellulaire résiste bien aux innovations amenées par les cloisons sèches. Il est utilisé majoritairement sur les chantiers de rénovation, reconnu à la fois pour sa légèreté qui simplifie les opérations de pose, et pour son fort pouvoir phonique. Sur ce point, il est d’ailleurs plus efficace que les plaques de plâtre standard, tout en se révélant d’un coût très compétitif. Ses dimensions sont également retravaillées pour s’adapter à une pose rapide dans les collectifs.

Ainsi, si les solutions humides n’ont pas dit leur dernier mot, elles sont désormais supplantées par les cloisons sèches. Celles-ci évoluent avec la demande avec notamment une modification de leurs formats pour permettre leur utilisation dans les espaces les moins accessibles, tels que les combles. Leur prochain enjeu pourrait être de s’intégrer à la structure même des bâtis. Déjà, elles s’installent sur les séparations de logements, venant remplacer les voiles béton à l’image du système C Stil de Placo…

#Solutions techniques