Le free cooling, pour gérer la température intérieure

La technique du free cooling est intéressante dans les bâtis où la chaleur intérieure, de par les activités qui y sont liées, atteint des degrés élevés. La méthode permet de faire baisser naturellement la température, par l’intermédiaire d’un système moins énergivore qu’une climatisation.

Publié le 04 juillet 2017 par La Rédaction

Mieux gérer la température dans les bâtiments

La dépense énergétique n’est pas seulement due aux consommations de chauffage. La mise en route de la climatisation représente une source énergivore. Pour lutter contre ce phénomène, l’une des solutions est de modifier les habitudes en optant pour de nouvelles technologies. Parmi ces méthodes figure le free cooling.

Cette solution utilise la différence de température entre l’intérieur des bâtis et l’extérieur pour les refroidir. Elle est à privilégier dans les régions comptant un nombre modéré de journées chaudes. Elle n’est aussi efficace que si la température entre ces deux lieux varie d’un minimum de 4°C. D’ailleurs, le free cooling est plus particulièrement conseillé dans les locaux professionnels créant artificiellement de la chaleur du fait du fonctionnement d’appareils. C’est le cas, par exemple, dans les salles informatiques ou les espaces et boutiques mettant en place un éclairage puissant.

Une solution qui utilise plusieurs techniques

Plusieurs moyens sont employés pour mettre en œuvre ce principe de rafraîchissement. Le premier consiste à ouvrir les fenêtres et les volets lorsque la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur atteint le niveau requis. Cette méthode prévoit l’automatisation de ces actions pour une gestion optimisée de l’échange d’air. Dans le même esprit, il peut être créé un courant d’air dans le bâti, entraînant son renouvellement naturel.

Enfin, des ventilateurs peuvent être mis en place pour produire cet effet. Pour en améliorer l’efficacité, ils sont reliés à une source d’eau froide. Celle-ci rafraîchit alors l’air capté avant sa réintroduction. Cette solution nécessite toutefois l’emploi d’appareils à faible consommation pour conserver les avantages énergétiques de la méthode.

#Développement durable #Solutions techniques