La véranda basse consommation, futur standard de ces constructions ?

Alors que leur mise au point reste assez récente, les vérandas basse consommation s’imposent de plus en plus. Leur premier atout est d’être agréable à vivre en toutes saisons, sans connaître les importantes différences de températures des modèles précédents.

Publié le 27 février 2013 par La Rédaction

Une pièce à vivre agréable toute l’année

Que ce soit en liaison entre deux bâtiments ou en véritable extension de la maison, sur deux ou trois côtés, la véranda reste aujourd’hui très prisée, que ce soit en habitat neuf comme lors de travaux d’extension. Dans le nouveau marché de la rénovation , elle a même réussi à trouver son créneau avec sa propre architecture et des atouts qui font la différence.

Ainsi, souvent proposé en aluminium, ce type de construction bioclimatique s’applique principalement à limiter les ponts thermiques. La structure utilise également un vitrage beaucoup plus performant, généralement en triple épaisseur, permettant de conserver une température agréable et surtout régulière, quelle que soit la saison. Cette réalisation peut aussi, suivant le modèle, répondre aux normes BBC avec, à la clé, le confort de vie.

De nouveaux modèles moins stéréotypés

Tandis que les anciennes vérandas se pensaient systématiquement entièrement vitrées, elles proposent désormais une architecture différente, qui tient compte de leur nouvel emploi. Ainsi, si le toit en verre persiste, il peut aussi être remplacé par une toiture à isolation renforcée, comprenant des puits de jour pour amener une luminosité haute. Cette solution reste invisible de l’extérieur, tout en permettant l’intégration de spots en plafond.

Les façades peuvent, elles, être totalement vitrées ou, à l’inverse disposer d’espaces pleins ou d’un soubassement. Il est possible d’y adjoindre des volets roulants ou des panneaux coulissants.

L’ensemble offre donc une apparence originale, tout en ressemblant de plus en plus à un habitat traditionnel. L’atout demeure toujours le prix : malgré ces améliorations techniques, la véranda présente en effet un coût de construction encore inférieur à une réalisation en parpaings ou briques, ou même à ossature bois, au nombre de m² équivalent.

#Développement durable #Solutions techniques