La mise en œuvre de la chape fluide

La chape est un indispensable de la construction pour permettre la réalisation des sols. Aux mises en œuvre traditionnelles, il est de plus en plus préféré la réalisation de chapes fluides. Auto-nivelantes, celles-ci offrent tout à la fois un rendement plus élevé et une surface parfaitement plane.

Publié le 15 novembre 2013 par La Rédaction

Une surface nivelée avec la chape fluide

La chape fluide s’impose progressivement comme la solution la plus utilisée pour la réalisation des surfaces destinées à accueillir un revêtement de sol, tout en permettant une bonne répartition des charges d’exploitation vers les supports structurels.

L’emploi de cette chape est privilégié dans les bâtiments résidentiels et professionnels, à l’exception des locaux industriels et des zones pentues, imposant une répartition des charges spécifique ou supérieure. Elle bénéficie de classements UPEC variant entre U4P3E2C2 et U4P4E3C2, suivant les besoins constructifs.

Son principal atout est sa caractéristique auto-nivelante. Celle-ci évite toutes les opérations de nivellement du béton, simplifiant aussi sa mise en œuvre.

Le produit peut être choisi prêt à l’emploi ou prêt à gâcher avec de l’eau.

Une simplification d’utilisation pour un meilleur rendement

Ce côté pratique de la chape fluide permet des rendements élevés, sans nécessiter la mise en place de joints de fractionnement, notamment pour les chapes fluides anhydrites, c’est-à-dire à base de sulfate de calcium. Cela offre une esthétique plus importante pour la mise en œuvre de grandes surfaces, permettant aussi la pose de carrelage de façon non linéaire.

Dans le même temps, elle peut convenir pour la réalisation d’un plancher chauffant, facilitant le recouvrement de celui-ci tout en proposant une surface plane pour la pose du carrelage.

La principale contrainte de la chape fluide est en revanche son utilisation, limitée aux surfaces intérieures.

#Solutions techniques