Des sinistres limités avec le vide sanitaire

Le vide sanitaire est de plus en plus utilisé dans les constructions neuves. Si ce système de fondations se présente aujourd’hui majoritairement en béton précontraint, on le trouve également, notamment dans les habitats anciens, en bois. Son avantage est le niveau de sinistre, particulièrement faible.

Publié le 07 mai 2012 par La Rédaction

Le vide sanitaire, peu sensible aux risques pathologiques

S’il est un domaine dans la construction où les pathologies sont réduites, il s’agit du vide sanitaire. Solution de fondations de plus en plus souvent utilisée, il s’avère en effet peu sensible aux sinistres, sous réserve d’une bonne réalisation.

Son principe consiste en la surélévation du plancher bas en rez-de-chaussée, instaurant un volume d’air entre le sol et la construction. L’avantage de ce type de construction est de mieux résister aux mouvements du sol. Le vide sanitaire permet également une meilleure isolation, limitant les problèmes de remontées d’eau et d’humidité, à condition d’être mis en œuvre dans les règles de l’art.

Le cas du vide sanitaire béton

Le vide sanitaire en béton est l’un des systèmes de fondations comptant parmi les moins sensibles aux risques de pathologies, à condition de respecter certains principes. Ainsi, celui-ci doit être parfaitement ventilé. Cela passe par la mise en place d’ouvertures grillagées pour assurer la circulation d’air. À défaut, il peut être constaté la stagnation d’eau avec apparition d’humidité qui se transmet alors à l’ensemble du bâti.

Pour éviter ce type de sinistre, il est important de veiller à l’entretien de ces ouvertures en supprimant l’amoncellement de feuilles et végétaux ou même de terre qui pourrait apparaître.

Les vides sanitaires avec plancher bois

Si ce type de construction est encore utilisé, c’est surtout sur les maisons ou immeubles anciens que l’on trouve la pose de plancher bois sur les vides sanitaires. Celui-ci est alors plus sensible à l’humidité, pouvant conduire à l’apparition de champignons.

Pour remédier à ce défaut, il est essentiel de ne procéder à la pose du plancher que lorsque les maçonneries sont parfaitement sèches. De la même façon, le bois doit également être sec et sain. Enfin, le bois ne doit pas être mis en contact avec le sol.

Quelle que soit la solution de construction retenue, il est dans tous les cas conseillé, lorsque c’est possible, de positionner une trappe d’accès afin de pouvoir vérifier le bon étant du vide sanitaire.

#Pathologie des bâtiments #Solutions techniques